statistiques web gratuite

Les rythmes - Chant Polyphonique Le Vigan

Aller au contenu

Menu principal :

Ateliers
 
 
 
 

Les rythmes



Le principe de ce groupe de percussions, c'est que chacun jouera une partie assez simple, qui se compilera à d'autres parties assez simples, et le résultat lui, sera plus complexe, mais la base, c'est bel et bien de partir de rythmes S-I-M-P-L-E-S !!


Nous visiterons plusieurs régions du monde :
- monde ibérique : un instrumentarium complètement surprenant existe en Espagne et au Portugal, ainsi qu'un répertoire consacré à ces instruments, avec ses propres rythmes, sans même parler du monde flamenco. On peut citer les jotas (sorte de bourrée 3 temps espagnole), les charros, les ajechaos, les sorteaos... etc. L'instrumentarium est essentiellement composé de la pandereta (petit tambourin joué au poing ou à la main), du pandero cuadrado (pandero carré joué avec une batte, à 3 sons), et également d'objets issus du quotidien (poêle, dés à coudre, cuillères, ciseaux etc.)
- monde arabe : les rythmes orientaux sont une composante essentielle de la musique arabe (au sens très large). Pas de musique arabe sans rythme !! Parmi les instruments les plus accessibles : le bendir, les qarqabas, le t'bal (sorte de davul marocain). Nous apprendrons quelques rythmes et surtout quelques polyrythmies sur la base des fameux maksum, karachi, baladi, saidi, malfuf etc. c'est infini !! Nous n'aborderons pas la derbuka, merveilleux instrument, mais je n'en maîtrise pas les techniques, et je respecte trop cet instrument pour proposer des techniques non abouties
- monde balkanique : dans ces contrées, la particularité (exemple, la Turquie), ce sont les rythmes dits ''aksaks'' (du turque ''boiteux''). Un rythme ''boiteux'' est un rythme asymétrique, à 5 temps, 7, 9 ou 11 temps (et même plus!!). Le monde arabe est plutôt binaire (mais pas que)… le monde balkanique près de la Méditerranée est ''très aksak'' (mais pas que). Alors on verra ensemble ces rythmes au groove particulier.
- le monde italien : principalement par le biais de l'univers qui tourne autour de la traditionnelle tarentelle (qui vient de taranta, qui est une araignée, reliée à un rite de possession qui a donné naissance à cette musique de guérison par la transe qu'est la tarentelle). Nous utiliserons le tambureddhu, tambourin du Salento (sud Italie), avec deux types de rythmes : la pizzica du Salento, et la tammuriata napolitaine.

Et avec tout ça, on se permettra des mélanges de genre, pour créer des parties destinées au spectacle de chant polyphonique, ainsi que des morceaux uniquement percussifs pour des occasions variées. Le tout pour servir systématiquement un chant, de quelque répertoire qu'il soit.

* attention quand je dis ''monde arabe'' ou ''monde balkanique'', c'est une étiquette que j'utilise de façon assez large, qui ne prend pas compte les nombreuses exceptions, les particularités etc. C'est pour faire simple :-) Il est impossible d'embrasser en une seule année le monde arabe, ni même en une seule vie ;-)

 
 
 
 
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu